Straight from the hood

Ma mobilité professionnelle géographique évolue plus vite que ma mobilité sociale. Saleté d’ascenseur en panne…

Finis les beaux quartiers de Porte ketchup Maillot (je n’assume pas cette vanne qui n’est pas de moi. Coucou Mams), fini le quartier d’affaire de la Défense, Bonjour la banlieue Sud, son périph’, et ses zones sinistrées.

Le-Labyrinthe-2-La-Terre-Brûlée-Bande-annonce-VF-ET-VOST--640x336

 

Oui donc j’ai changé de mission.

Encore.

Bonne nouvelle : Adieu Rouy.

Mauvaise : Je deviens une “sans mission fixe”, je vais là où on a besoin de moi, la dernière solution avant l’apocalypse, je suis un peu Chuck Norris (re coucou Mams). La moustache en moins. (Note à moi-même : prendre rendez vous chez l’esthéticienne au fait).

chuck

 

Donc nouveau lieu de travail. Rien à reprocher aux gens, ça se passe très bien. Je suis un peu perdue..

Parlons de l’emplacement. Je bosse quasiment sur le périph’. L’entrée principale donne sur la sortie du périphérique précisément. Paye tes poumons noircis au monoxyde de carbone …

Au niveau de la vue, c’est moyen aussi hein. 

le-peripherique-parisien-le-15-mars-2014-11118071pcamo

1er jour, j’arrive (à l’heure) donc devant la société, après avoir affronté 2 RERs différents, et une ligne droite dans une ville clairement abandonnée de tous. Je savais plus trop si j’étais à Tchernobyl ou en banlieue parisienne. Bref, pile devant le bâtiment, des sirènes et gyrophares, un vrai spectacle son et lumières. Deux ou trois voitures de polices encerclaient une voiture, en mode cow-boys de la street. Visiblement c’était juste un excès de vitesse….

Plus tard, dans la journée un de mes collègues me racontent que la police était déjà venue dans les locaux. Tout de suite j’imagine une arrestation pour détournement de fonds, une prise d’otages, un truc croustillant quoi!

Non. Les policiers ont voulu rentrer et se sont retrouvés coincés à l’accueil car pas de badges… L’hôtesse d’accueil est visiblement très à cheval sur les consignes sécurité. Ils ont donc insisté et les directeurs les ont laissés entrer. Ils avaient besoin d’avoir accès au plus haut point de l’immeuble….

Au final, ils se sont installés en planque dans les salles de réunion du 5ème étage qui donnaient sur le terrain vague le plus sordide qui existe afin de surveiller les allées et venues des dealers du coin.

Je vous ai dit, mon nouveau lieu de travail est sexy.

En parlant de ça, en face il y a un établissement qui est fermé tout le temps. Logiquement je me dis, c’est surement une chicha ou ce genre de choses. Là mes collègues se marrent et me disent que c’est peut être aussi une chicha, mais c’est surtout un club aux mœurs légères, de type échangiste…

OK… On est au delà du glauque en fait.

J’ai l’impression d’être dans un remake de Braquo. Où est Caplan ?

 

Publicités

Une réflexion sur “Straight from the hood

  1. Hello Nad’ !

    Oulahhhh ! J’habite la banlieue Sud et je ne connais pas « ses zones sinistrées » !
    Euh, le  » périph’ « , il est partout, hein, pas pire ici qu’ailleurs…

    Where are you ? (à quelle porte ?)

    Chaque mission a son lot d’in-CON-vénients et d’avantages (?).

    Bon courage !

    Chriss 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s